Depuis le 18 août 2010, vous devez être identifié pour éditer des pages dans Rodovid (excepté Rodovid Engine).

Savva Jajovlievic Yakovleff 1712-1784

Un article de Rodovid FR.

Jump to: navigation, search
Source nécessaire
Image:QuotidienLogo60x60.jpg Cette fiche manque de sources. Pouvez-vous y mentionner des références fiables ?

Toute information non documentée peut être contestée et supprimée.

Cet article est en grande partie une traduction de Wikipédia.ru.

[modifier] Jeunesse

Savva Yakovlevitch Sobakine (« sobaka » chien en russe) est né en 1712 à Ostachkovo, province de Tver, sur les bords du lac Séliger dans une famille de paysans serfs (ou petit-bourgeois, selon d'autres sources)[Réf.nécessaire!]. En 1733 il part conquérir la capitale, n'ayant dans sa poche que « cinquante kopecks et la bénédiction parentale ». Sa carrière à St Pétersbourg est fulgurante. Il commence par devenir vendeur ambulant de viande.

Un jour, la jeune impératrice Elisavéta Petrovna, grande amatrice de musique vocales et de belles voix, qui se reposait sur le balcon de son palais, remarque la voix mélodieuse de Savva appelant ses acheteurs. Savva Sobakine devient alors le fournisseur des vivres de la maison impériale. La protection du prince Potemkine, qui était un de ses clients, a joué un rôle important dans l'enrichissement de Savva Sobakine, car pendant la guerre de sept ans avec la Prusse il lui octroie la livraison en produits alimentaire pour l'armée russe.

A la fin du règne d' Elisavéta Petrovna, il a accumulé un grand capital et s'inscrit dans le corps des marchands.

[modifier] Noblesse et industrie

Pour acquérir la noblesse qui seule lui permettrait d'acheter par la suite des propriétés avec des serfs, il devient un fonctionnaire d'État. En 1762 Pierre III, en récompense de « ses services particuliers rendus », lui offre le titre de « noblesse héréditaire ».

Sous Catherine II il posséde le monopole de la vente d'alcool de Saint-Pétersbourg. Mêlé à une affaire de fraude il risque la prison, mais l'impératrice le gracie, et pour faire oublier sa faute lui ordonne de prendre comme nom son patronyme ; il devint alors Savva Yakovlévitch Yakovlev.

Du commerce, il se tourne vers l'industrie. Savva Yakovlev investit son patrimoine dans l'achat d'usines. En 1764 il achète la manufacture de textile de Yaroslavl, puis, à partir de 1769 il commençe à acquérir des usines minières dans l'Oural il en achète 16 et construisit 6. Il joue un rôle primordial dans le développement de l'industrie de l'Oural et se retrouve à la tête d'un énorme empire minier estimé à plus de 7 millions de Roubles.

Il devient un des plus riches et chanceux entrepreneurs de Russie. Son ascension sociale n'a pas de pareil, ni par sa vitesse, ni par son ampleur. A St Pétersbourg, il est parmi les plus grands propriétaires terriens. En 1766 il construit à côté de la place Sennaya un grand palais en faisant appel à l'illustre architecte Rastrelli, créateur du style baroque russe. En 1753 il finance la construction de l'église de l'Assomption de la Vierge, une des plus connue de Saint-Pétersbourg, dont la beauté et la richesse du décor intérieur frappent les contemporains. La construction de l'église est terminée l'année du couronnement de l'impératrice Catherine II et pour commémorer cet évènement on décore la croix de la coupole centrale par une couronne. A côté de l'église on construit une chapelle de 40 mètres de hauteur avec 15 cloches, dont l'une pesait 542 pouds (8672 kg). Savva ordonne de graver sur cette cloche : « Appartient à Savva Yakovlev à l'église de l'Assomption de la Vierge près de Sennaya ». On dit que de son vivant la cloche sonnait seulement sur son ordre, car c'est lui qui gardait la clé de la chaîne à laquelle était attaché en permanence le battant de la cloche.

Il posséde également plusieurs propriétés à la campagne dans les environs de Saint-Pétersbourg .

Savva savait négocier avec le pouvoir religieux aussi bien qu'avec le pouvoir laïque. A sa mort en 1784 il est enterré dans la nécropole la plus prestigieuse de St Pétersbourg, le cimetière du monastère de la Sainte-Trinité-Alexandre-Nevski, où sont enterrés les hauts fonctionnaires et la noblesse de la cour impériale. Sur sa tombe est conservé jusqu'à maintenant un sarcophage de marbre avec le portrait en bas-relief en bronze de cet illustre entrepreneur russe.

[modifier] Mariage et descendance

De son mariage avec Maria Ivanovna Yakovleva (1721 - 1797) il a eu 5 fils et 2 filles qui ont partagé après sa mort son immense héritage mais n'ont pas continué son activité d'entrepreneur.

  1. Mikhail Savvitch (1742 - 1781), propriétaire de l'usine de textile de Yaroslavl. Marié à Stepanida Stepanovna Zimina (1738 - 1781), il a eu 6 fils et 2 filles.
  2. Stepanida Savvichna 
  3. Ivan Savvitch (1746 - 1801), lieutenant du régiment de dragons de Taganrog, propriétaire d'usines à Verkh-Issetsk.
  4. Anna Savvichna (1752 - 17..), mariée à l'industriel Alexandre Ivanovitch Batachev (1743 1807).
  5. Petr Savvitch (1754 - 1809), général-lieutenant de l'état-major de Potemkine, propriétaire d'usines de Néviansk et Byngovsk, fondateur d'une usine à Petrokamensk.
  6. Alexei Savvitch
  7. Serguei Savvitch (1763 - 1818),   Conseiller d'Etat, propriétaire de 9 usines dans la région d'Alapaevsk d'Oural. Marié à la très belle Mavra Borisovna Strougovtshikova (1773 - 1805), il a eu 7 filles.