Depuis le 18 août 2010, vous devez être identifié pour éditer des pages dans Rodovid (excepté Rodovid Engine).

Famille Lakhoua à Tunis

Un article de Rodovid FR.

Jump to: navigation, search

Famille de l'aristocratie tunisoise, d'origine andalouse et mauresque, qui a quitté Grenade avant le XVIème siècle. Elle avait déjà acquis avant cette date une grande importance dans l'industrie artisanale de la “chechía”.

Sommaire

[modifier] Étymologie

Le nom arabe du chef de ce groupe d'immigrants permet de faire le lien entre les grenadins et leurs actuels descendants tunisiens : Muza (la Muse, le Moïse) Joa (à - ijwa qui signifie les frères, précisément “ses frères et soeurs” du texte espagnol, qui leur est resté comme nom de famille).

[modifier] Histoire de la famille

Les Lakhoua ont apporté avec eux beaucoup de fonds qu'ils investissent dans l'industrie de la chéchia[1]. En 1727, une liste de 22 magasins et ateliers dans le grand Souk des chechia de Tunis, nous donne de nombreux noms de familles andalouses très connues. Quatre magasins appartiennent à des membres de la famille Lakhoua : Muhammad Lakhoua, Ali Lakhoua, Yusuf Lakhoua et Al-Hadj Muhammad Lakhoua.

En 1862, une grave crise de cette industrie touche les structures de la corporation, comme conséquence des transactions de l'amine ou Chef du syndic[Réf.nécessaire!]. Le bonnetier maître Lakhoua et plusieurs autres maîtres et membre de la corporation font partie d'un large mouvement de protestation. Ce groupe adresse au Bey une pétition, en dénonçant en même temps le favoritisme de l'amín[Réf.nécessaire!] et le manque de respect des règlements de la profession.

En 1880, il y avait au moins huit membres de la famille dans la corporation. En 1884, Belhassen dit "Hassouna" Lakhoua est amine général du commerce, avec fonctions d'amíne des chaouachia de Tunis.

Du côté administratif au XXe siècle, le membre le plus distingué de la famille Lakhoua a été sans doute le fameux Premier Ministre Hedi Lakhoua. Ses enfants Zein El Abidine et Mohamed Aziz ont occupé divers postes de dignitaires dans la cour du Bey, en renforçant ainsi le penchant des membres de la famille pour la fonction administrative, commencé par son grand-père, Mahmoud, qui a été secrétaire dans la Section de l'État ou dans le premier ministère, et par son oncle Ahmed, qui a été interprète, geôlier, puis gouverneur.

Après l'indépendance de la Tunisie, en 1955, les quelques bonnetiers de la famille qui restaient ont quitté la profession pour devenir fonctionnaires.

[modifier] Alliances Matrimoniales

Depuis son installation à Tunis jusqu'à l'aube du XXe siècle on remarque la famille Lakhoua cherchait au début à se marier avec des familles à même type d'activités, c'est à dire pratiquant des métiers "aristocratiques" des souks: chaouachis, bien entendu mais aussi soyeux, attarin-parfumeurs, tisserands.. etc. Il y avait donc une très forte endogamie socio-professionnelle.

L'endogamie consanguine est en revanche assez faible dans les premières générations. La famille avait alors besoin de créer et de renforcer les liens avec d'autres familles déjà installées ou arrivées en même temps; avec une préférence pour le milieu andalou.

Il y a cependant de nombreuses alliances en dehors de la famille et du groupe socio-professionnel. Les Lakhoua s'alliaient à des familles notables appartenant à divers milieux ; Le Makhzen, la religion.


[modifier] Familles alliées aux Lakhoua du XVIIIe siècle à l'aube du XXe siècle (1915)

Landolsi (2 fois) , Béji (4 fois), Ksontini (2 fois), Zouhir , Hedri , Boulakbache, Bach Hamba (2 fois),Bouhachem , Derouiche , Ben Salem , Ben Aissa , Ettoumi ; Ennaifer ,Djilani , Ben Abdallah (4 fois) , Thabet , Blaiech , Chamekh , Hajjem , Mbazaa ,Darghouth , Slama , Ben Zakkour (4 fois) , Mrabet , Mestiri , Caied Essebsi , Zmerli ,Riahi , Samli , Hajri , Ben Youssef , Saliba , Halfaoui , Zarrouk , Ben Mrad , Ben Zid , Béhi , Ennigrou , et Lakhoua (5 fois)


[modifier] Sources

Catégories de la société tunisoise dans la deuxième moitié du XIXème siècle: les élites musulmanes. Par Mohamed El Aziz Ben Achour

[modifier] Voir aussi

[modifier] Notes et références

  1. La chéchia (شاشية) est un couvre-chef masculin porté par de nombreux peuples islamisés. Elle est le couvre-chef national de la Tunisie. wk:fr:Chéchia